Dépistage du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col est précédé pendant 10 à 15 ans de lésions précancéreuses (les dysplasies ou CIN). Ces lésions sont dues à une infection persistante par certains virus : les Papilloma virus dont certains groupes sont dits potentiellement oncogènes ou à haut risque sont plus dangereux que les autres dits à bas risque.

Le dépistage du cancer du col permet donc de dépister soit les lésions précancéreuses (par le frottis cytologique : voir chapitre frottis), soit plus récemment les Papilloma virus à haut risque (par le frottis virologique ou test HPV : voir chapitre HPV).

Il est ainsi possible, ici non pas de dépister mais véritablement de prévenir le cancer invasif du col en diagnostiquant les états précurseurs dont le traitement permet de guérir les lésions sans (en général) retirer l’utérus, d’où l’intérêt tout particulier de ce dépistage là.

Ce dépistage consiste à pratiquer un frottis qui doit être répété régulièrement entre 25 et 65 ans, au moins tous les 3 ans après deux examens normaux faits à un an d’intervalle, chez toutes les femmes qui ont commencé leur vie sexuelle. On peut néanmoins  (pour certains) commencer les premiers frottis vers l’age de 20 ans chez les jeunes femmes sexuellement actives.

Sa sensibilité n’est pas parfaite, c'est-à-dire qu’il est possible d’avoir des anomalies présentes sur le col qui ne sont pas détectées par le frottis (faux négatifs), c’est pourquoi il est important de le répéter régulièrement, c’est la répétition régulière qui en fait l’efficacité.

Il est aujourd’hui possible si le frottis est réalisé en milieu liquidien (dit en couche mince) d’associer à la lecture au microscope (cytologie) des tests de détection des papillomavirus (test HPV), afin de savoir si le sujet est porteur d’un Papilloma virus dit à haut risque ou pas et dès lors d’améliorer la surveillance chez ce type de patientes.

Lire la suite

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.