Dépistage du cancer de l’ovaire

Le cancer de l’ovaire est un cancer grave responsable de nombreux décès dans la population car il est souvent diagnostiqué à un stade avancé, du fait qu’il n’entraîne au début aucun symptôme permettant de le découvrir.

Il serait donc intéressant de pouvoir disposer d’un test de dépistage permettant d’en faire le diagnostic plus tôt et ainsi d’améliorer son taux de guérison.

Cependant (et d’ailleurs heureusement) il s’agit d’un cancer rare et donc les méthodes dépistage sont mal adaptées : ni l’échographie endovaginale, ni le dosage des marqueurs de l’ovaire (comme le CA125) ne sont suffisamment spécifiques, il y aurait beaucoup de tests positifs (donc beaucoup d’interventions chirurgicales inutiles) pour très peu de cancers diagnostiqués.

Seule situation un peu à part, les patientes à haut risque de cancer de l’ovaire, comme celle porteuses d’une mutation des gènes BRCA 1 & 2, celles issues d’une famille porteuse de la maladie de Lynch (associant cancer du colon, de l’utérus, de l’ovaire et de l’estomac) ou il est légitime de proposer une surveillance rapprochée voire une annexectomie prophylactique (ablation préventive des ovaires et des trompes) après discussion avec chaque patiente et décision collective en RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire).

D’où l’intérêt d’une prise en charge particulière de ce type de patientes ayant des antécédents familiaux par des praticiens expérimentés avec calcul de risque et  consultation d’onco-génétique.

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.