Principes du dépistage des cancers gynécologiques

Il ne faut pas confondre dépistage et prévention des cancers.
La prévention (ou prévention primaire) consiste à éviter que le cancer ne survienne (ce qui est possible par exemple pour le cancer du col qui est précédé pendant de nombreuses années de lésions précancéreuses que le frottis recherche et permet de traiter), le dépistage (ou prévention secondaire) consiste à diagnostiquer un cancer avant l’apparition de symptômes donc à un stade plus précoce mais donc pas véritablement à l’éviter.
Il s’agit d’une part importante de notre activité médicale (notamment pour les gynécologues) dite de « médecine préventive ».

La maladie recherchée par le dépistage doit présenter plusieurs caractéristiques pour que celui-ci soit efficace :

  • Le cancer doit être suffisamment fréquent.
  • Le cancer doit être un problème de santé publique en terme de morbidité et mortalité.
  • Le test ou les tests utilisés doivent être précis pour sélectionner au mieux les patientes vraiment atteintes.
  • Le test ou les tests utilisés doivent être « acceptables » (c’est-à-dire le moins invasifs possibles) pour le patient et (de coût et d’installation) pour la société.

Par ailleurs depuis quelques années des consultations d’oncogénétique (onco= cancer) ont été développées en France et dans le monde afin d’aider à la prise en charge des patients présentant une prédisposition héréditaire à développer un cancer. L’indication de ces consultations d’oncogénétiques repose sur la probabilité de découvrir parmi les cas familiaux décrits par le patient ceux qui sont vraisemblablement d’origine génétique et dès lors d’en rechercher les mutations sur des gènes précis (comme par exemple les BRCA 1 & 2) par des techniques de biologie moléculaire.

Cancers chez la femme (France) 1980 1985 1990 1995 2000 2005
Sein 21 704 25 140 29 649 35 392 42 000 49 814
Intestin 11 522 12 601 13 709 14 872 16 041 17500
Col de l'utérus 5 136 4 431 3 939 3 576 3 295 3 068
Corps utérin 4 287 4 427 4 640 4 912 5 274 5 774
Ovaire 3 403 3 613 3 818 4 023 4 218 4 375
Poumon 1 595 2 031 2 647 3 537 4 825 6714

Tableaux des cancers de la femme en France depuis 1980 à 2005 (noter que les deux cancers qui progressent sont ceux du sein et du poumon) source INVS.

Mortalité par cancers chez la femme
L’INCa vient de publier avec INVS et le CépiDC un rapport sur la mortalité par cancers en France :
« Dynamique d’évolution des taux de mortalité des principaux cancers en France »
Il nous a paru intéressant de vous livrer les chiffres concernant notre spécialité : les cancers féminins.
Le premier tableau montre la situation pour la période 2003-2007, nous avons laissé pour information le cancer de la prostate chez l’homme à des fins de comparaison et le cancer du poumon dont la tendance chez la femme (nous le reverrons) est à l’augmentation.
Il est intéressant de noter que la plupart des cancers féminins sont plutôt en baisse tant en matière d’incidence que de mortalité, mais un cancer vient tempérer cet optimisme : le cancer du poumon qui diminue chez l’homme mais augmente en incidence (+ 111 % !) et en mortalité chez la femme avec une possibilité dans l’avenir (vers 2012-15) d’un croisement des courbes du cancer du sein (en baisse) et du poumon (en hausse) celui-ci devenant le premier cancer « féminin ».
Quant aux cancers spécifiquement féminins comme le cancer du col son incidence et sa mortalité sont en baisse importante (- 52 % entre 1983-87 et 2003-07) tendance qui semble se confirmer en 2010.

Le cancer de l’endomètre (- 8 %) et de l’ovaire (- 4 % en incidence et 17 % en mortalité) viennent compléter cette heureuse évolution.
En revanche un autre cancer est également en augmentation chez l’homme (+ 45 %) comme chez la femme (+ 22 %) : le mélanome.
Les derniers tableaux que nous vous avons joints (tableau IV) résument bien sur un schéma bidimensionnel les tendances concernant les cancers chez la femme

Tableau I : Effectif annuel moyen de décès, taux (standardisé monde) de mortalité et âge médian au décès des principaux cancers étudiés pour la période 2003-2007

Localisations cancéreuses HOMMES FEMMES
  N TSM Âge   N TSM Âge
Poumon 21 650 42,9 68   5 870 9,5 69
Prostate 9 120 13,2 80   - - -
Sein - - -   11 260 17,4 71
Col de l’utérus - - -   1 120 2,0 64
Corps de l’utérus - - -   1 880 2,3 76
Ovaire - - -   3 310 4,9 73

L’âge médian au décès est l’âge auquel la moitié d’une population de femmes ou d’hommes est décédée TSM/100.000
Sources : INVS, CépiDC Inserm, 2010

Tableau I I -2 Effectif de décès e t taux de mortalité (standardisé monde) estimés des principaux cancers étudiés en 2010

  HOMMES FEMMES
Localisations cancéreuses
Poumon 21 000 38,6   7 700 12,1
Sein - -   11 500 16,2
Col de l’utérus - -   940 1,6
Corps de l’utérus - -   1 900 2,2
Ovaire - -   3 130 4,1
Prostate 8 790 11,2   - -

Les parts respectives des décès dus au cancer du col de l’utérus et du corps de l’utérus ont été estimées par une méthode spécifique (Belot et al. RESP 2008)
Source : HCL/InVS/INCa/Francim/Inserm, 2010

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Cliquer ici pour agrandir l'image

Lire la suite

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.