L'endométrectomie

Qu’est ce que l’endométrectomie ?

L’endomètrectomie consiste à retirer l’endomètre ɛc'est-à-dire la muqueuse (sorte de moquette) qui tapisse l’intérieur de l’utérus)ɝpour diminuer les saignements au cours des règles (en cas de règles hémorragiques ou très longues (encore appelées ménorragies).

Autrefois on proposait un « curetage » pour abraser l’endomètre, c'est-à-dire que l’on passait une petite curette (sous anesthésie générale) qui grattait la surface de la muqueuse mais cette intervention est aujourd’hui souvent devenue un peu dépassée car la curette, agissant à l’aveugle, ne prélève qu’environ 60 % de la cavité et laisse en place la partie profonde de la muqueuse qui peut repousser au cours des cycles suivants d’où une efficacité limitée. C’est comme si l’on passait une tondeuse sur une pelouse, cela amincit la pelouse certes, mais au bout de quelques jours l’herbe repousse… et les symptômes reviennent.

Cliquer pour voir la vidéoL’endométrectomie consiste donc à raboter la « pelouse » en passant dessous, en emportant donc l’herbe et les premiers centimètres de terre avec ses racines comme sur les rouleaux de pelouse que l’on dépose sur les stades, sauf que ce cas précis, on les retire : on retire donc l’endomètre et les premiers millimètres du myomètre (muscle de l’utérus sur lequel « pousse » la muqueuse) afin qu’après cicatrisation il n’y ait pas de repousse de la muqueuse. Bien évidemment cette intervention ne peut être proposée qu’aux femmes qui ne désirent plus de grossesse car l’absence de muqueuse endométriale altère la fertilité future.

Les copeaux retirés sont toujours analysés, les résultats de ces analyses sont obtenus après 7 jours et permettent de confirmer la nature des lésions retirées.

Si l’endométrectomie diminue la fertilité, elle n’est pas pour autant contraceptive et devra donc nécessiter des mesures contraceptives préventives dont il est possible de fixer les modalités avant l’intervention.

Comment se passe une endométrectomie ?

Cette intervention se déroule comme toutes les hystéroscopies opératoires (cf. hystéroscopie opératoire) sous anesthésie générale légère et dure entre 10 et 30 minutes. Les suites ne sont pas douloureuses, mais sont en général marquées par quelques saignements mineurs qui peuvent durer deux à trois semaines. Il est possible de reprendre une activité dès le lendemain, les seules interdictions concernent les rapports sexuels et les bains qui sont proscrits pendant environ deux semaines.

Cette intervention peut se coupler avec les autres interventions d’hystéroscopie opératoire comme l’ablation des polypes et myomes dont elle améliore les résultats.

Les résultats de l’endométrectomie sont bons avec 88 % d’efficacité toutes indications confondues. Les meilleurs résultats (96 %) sont obtenus pour l’ablation des hypertrophies de l’endomètre et des polypes, les moins bons (74 %) se retrouvent dans la prise en charge de l’adénomyose.

En effet dans l’adénomyose : la maladie consiste, non pas en une pathologie de la muqueuse de l‘utérus, mais en une augmentation de l’épaisseur du muscle (paroi de l’utérus), l’endometrectomie amincit ce muscle et traite donc en partie l’adénomyose mais la partie laissée en place est encore, en général, anormale d’où le taux plus élevé d’échec (26 %).

Néanmoins, malgré ce taux relativement plus élevé d’échec : 3 patientes sur 4 n’auront tout de même pas besoin de geste chirurgical secondaire, ce qui autorise à le proposer de première intention même dans cette situation. Ce n’est, en général, qu’en cas d’échec de l’endomérectomie ou devant une forme très étendue de l’adénomyose que l’hystérectomie sera proposée devant l’inefficacité des traitements médicaux ou hystéroscopiques.

Indications de l’endométrectomie

L’endometrectomie est envisageable chaque fois que les règles sont trop importantes et que le Traitement médical a été insuffisant, c’est en quelque sorte une alternative intéressante à l’hystérectomie car cette intervention se passe en ambulatoire avec simplement quelques heures d’hospitalisation et une possibilité de reprise des activités professionnelles dès le lendemain, à condition bien sur qu’il n’y ait plus aucun désir de grossesse car cette intervention en retirant l’endomètre diminue la fertilité.

Indications :

  • Hypertrophie endométriale,
  • Polypes multiples,
  • Myomes ou fibromes,
  • Adénomyose superficielle,
  • Ménorragies fonctionnelles (règles abondantes sans causes connues ou reconnues),
  • Complément des autres indications en période péri ou post ménopausique.

Quelles sont les suites de l’endométrectomie ?

Les suites sont en général simples, cette intervention se passe en ambulatoire avec simplement quelques heures d’hospitalisation et une possibilité de reprise des activités professionnelles dès le lendemain. Il n’y a habituellement aucune douleur post opératoire, seuls quelques saignements minimes pendant 10 à 15 jours voire plus rarement 3 semaines. Les copeaux retirés sont toujours analysés, les résultats de ces analyses sont obtenus après 7 jours et permettent de confirmer la nature des lésions retirées.

Par la suite le volume des règles est fortement diminué mais en général elles continuent régulièrement avec une importance plus faible, très rarement elles peuvent être absentes ou si faibles qu’elles sont peu perceptibles, mais il ne s’agit pas d’une ménopause car cette intervention ne modifie pas le fonctionnement des ovaires, simplement il ne reste plus suffisamment de muqueuse pour donner du volume aux règles. Ceci dit, il s’agit ici d’un effet recherché car le but de cette intervention est de diminuer le volume des règles.

Lire la suite

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.