Analyse histologique du sein

L’analyse histologique des lesions du sein, correspond à la lecture au microscope des tissus (prélevés par le chirurgien ou le radiologue), par un médecin anatomo-pathologiste spécialisé dans la lecture des prélèvements du sein.

Sa compétence est extrêmement importante dans toutes les décisions du traitement.

Dans un résultat d’analyse d’un cancer du sein, il y a plein de termes compliqués et un peu abscons, difficiles à comprendre pour une personne non éclairée.

Les véritables renseignements importants qu’il faut comprendre pour un patient sont :

1- Savoir s’il s’agit d’un cancer in situ ou invasif :
- un cancer est in situ s’il est développé à l’intérieur des canaux (on dit carcinome intra canalaire), ou des lobules (on dit carcinome intra lobulaire), dans ce cas la maladie est localisée dans le sein sans risque de dissémination.
- un cancer est invasif quand il dépasse la membrane basale des canaux ou des lobules ; la division anarchique des cellules est alors importante et forme un amas de cellules cancéreuses qui débordent l’intérieur des canaux ou des lobules et risque dès lors dans certains cas de disséminer plus loin dans l’organisme  (ganglions axillaires (également appelés métastases axillaires), puis éventuelles métastases au niveau d’autres organes comme l’os, le poumon, ou le foie...).

2- Connaître les caractéristiques de la tumeur :
- La taille de la tumeur,
- L’état des marges du tissu prélevé : marges au contact ou à distance de la tumeur maligne car il faut une distance de sécurité (en général supérieure à 10mm) pour être sur d’avoir tout retiré,
- Le type histologique de la tumeur : canalaire ou lobulaire,
- Le grade histo-pronostic : il s’agit du degré de différenciation de la tumeur et donc de la capacité des cellules à se diviser beaucoup (on distingue les grades  de sévérité croissante SBR1, 2 et 3),
- Le calcul du Ki67.

La recherche des récepteurs hormonaux : présents ou absents exprimés sous la forme d’un pourcentage de cellules exprimant ces récepteurs aux estrogènes et à la progestérone (RE & RP) qui permettent de connaître la sensibilité de la tumeur aux hormones.

La recherche des sites membranaires de HER 2 ou HER2/Neu (c-erb B2) : le produit du gène c-erb B2 est un proto-oncogène. L'amplification et la surexpression de HER 2/Neu vont être exprimées par le laboratoire sous la forme de croix de positivité.

Tous ces renseignements vont influencer la prise en charge thérapeutique ultérieure :
- indication des traitements chirurgicaux complémentaires (nouvelle intervention necessaire ?),
- des traitements  hormonaux,
- de la radiothérapie,
- de la chimiothérapie éventuelle,
voire des thérapies ciblées comme le Trastuzumab (ou Herceptin®).

Toutes décisions qui seront prises au vu de ces résultats par une équipe multidisciplinaire (RCP) associant chirurgiens, radiologues, pathologistes et oncologues.

Lire la suite

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.