Urgences obstétricales

CYSTITE

L'infection urinaire de la vessie est plus fréquente pendant la grossesse. Celle ci doit être détectée tôt pour être traitée avant toute complication (infection rénale, menace d'accouchement prématuré).
Un examen des urines mensuel permet de vérifier qu'il n'y a pas signe évocateur de cystite. La présence de brûlures ou de gêne lors de la miction doit aussi indiquer une analyse urinaire.
Un traitement par antibiotiques après examen bacteriologique des urines (ou ECBU)  peut être instauré (ce traitement doit etre institué par votre medecin et sera adapté à la situtation particulière de la grossesse).

IRRITATIONS VULVAIRE ET/OU VAGINALES

Les infections vaginales (mycose ou bactérienne) doivent être traitées de façon précoce pour éviter la menace d'accouchement prématuré, ainsi que la propagation de l'infection à la poche des eaux voire au bébé.IL faut donc consulter en cas de pertes blanches ou troubles,  abondantes ou odorantes afin d’établir un diagnostic causal.

NAUSEES/VOMISSEMENTS

Les 3-4 premiers mois de grossesse peuvent être parfois très pénibles du fait de nausées et/ou de vomissements. Il existe des traitements contre ces symptômes, mais également le repos dans un lieu calme est ce qui marche le mieux.

CONTRACTIONS/DOULEURS

En cas de contraction et/ou douleurs du bas ventre, avant terme, il faut consulter votre gynécologue pour vérifier qu'il ne s'agisse pas d'une menace d'accouchement prématuré. Une mesure de la longueur du col utérin sera alors effectuée pour évaluer le risque d'accouchement prématuré.
Parfois les douleurs ne sont pas dues à des contractions mais à des tensions ligamentaires, il est dans tous les cas préférable de le vérifier auprès du médecin ou de la sage femme.

SAIGNEMENTS

En début de grossesse: il peut s'agir d'une fausse-couche (50% des cas de saignements du premier trimestre), il peut s'agir d'un décollement partiel du placenta, sans arrêt de la grossesse, d’une mauvaise position du placenta (dit « prævia ») ou il peut s'agir de saignements provenant du col utérin (suite à des efforts). 
Il est important de vérifier l'évolutivité de la grossesse, la position du placenta et évaluer l'abondance des saignements. Si vous êtes de Rhésus négatif, votre gynécologue vous proposera une vaccination anti Rh pour éviter une immunisation fœto-maternelle.

En fin de grossesse :
- Il peut s'agir d'un saignement provenant du placenta, dans quel cas il faut consulter immédiatement, en salle de naissance.
- Il peut s’agir d’un hématome retro-placentaire, souvent accompagné de douleurs.
- Il peut s'agir d'un début de travail, avec dilatation du col utérin.
- Dans tous ces cas de figures il est important que votre gynécologue pose très rapidement  un diagnostic précis, il faut donc consulter ou appeler la salle de naissance

PERTE DE LIQUIDE PAR LE VAGIN

En cours ou en fin de grossesse, il peut s'agir de liquide amniotique (rupture de la poche des eaux) ou d'urine. Une consultation, en salle de naissance, s'impose pour vérifier l'origine des pertes et la nature de celles-ci. Proche du terme, il peut s’agir d’un mode d’entrée en « travail », plus précocement il s’agit d’une situation à risque qui mérite une prise en charge spécialisée.

FIÈVRE

Une fièvre en cours de grossesse peut provenir d'une infection urinaire compliquée (infection rénale), de certaines infections bactériennes comme la listeriose, ou d'une infection du liquide amniotique. Il faut consulter immédiatement afin d’en déterminer la cause. Certains examens sanguins seront nécessaires avant de poser un diagnostic, et en attendant un traitement pour faire diminuer la fièvre devra être instauré.

DIMINUTION DES MOUVEMENTS ACTIFS DE BÉBÉ

Vous devriez commencer à sentir bébé bouger à partir du deuxième trimestre. Vers la fin de grossesse, vous devriez le sentir bouger au moins une fois par jour. En cas de diminution des mouvements actifs, ce qui est parfois subjectif, il est conseillé, au moindre doute de consulter en salle de naissance pour vérifier la bonne vitalité de bébé, par un monitoring fœtal (mise en place de capteurs ultrasons sur le ventre pour enregistrer les battements du cœur de bébé).

PROBLÈMES DANS LE POST PARTUM (APRÈS L'ACCOUCHEMENT)

Tension mammaire. En cas d'allaitement il peut y avoir une tension, voire des douleurs, au niveau des seins. Si les seins sont durs et/ou rouges il faut consulter votre gynécologue pour traiter un éventuel engorgement ou une lymphangite (infection au niveau du sein).

Saignements. Les saignements après l'accouchement, par voie vaginal ou par césarienne, peuvent durer plusieurs semaines, mais vont en diminuant progressivement. Une augmentation de ces derniers est une cause de consultation pour vérifier qu'il n'y ait pas d'infection utérine, ou de rétention de fragments du placenta par exemple.

Retour de couches (premières règles après l'accouchement). Des saignements, abondants dans les 3 mois qui suivent l'accouchement, peuvent être en relation avec le retour de couches (celui-ci à lieu 4 à 6 semaines après l’accouchement en l’absence d’allaitement sinon dans les mêmes délais après la cessation de l’allaitement). Il n'y a pas lieu de s'inquiéter si ceux ci durent entre 4 et 6 jours.

Fièvre. De la fièvre (température >38°C) dans les deux semaines qui suivent un accouchement, par voie vaginale ou par césarienne, n'est pas normal. Vous devez consulter votre gynécologue pour vérifier qu'il n'y ait pas d'infection utérine.

Douleurs du bas ventre. Il peut y avoir des douleurs, ressemblant à des contractions utérines de travail, dans les semaines qui suivent l'accouchement. Celles ci peuvent être importantes notamment pendant l'allaitement. Si ces douleurs changent de mode ou d'intensité, il faut consulter votre gynécologue pour vérifier qu'il n'y ait pas de problème au niveau de l’utérus

Episiotomie : l’épisiotomie est parfois un peu douloureuse dans les semaines qui suivent l’accouchement, dans ces cas il faut bien désinfecter la zone et la sécher consciencieusement. En cas de gonflement, d’impression d’ouverture de la cicatrice, de douleurs pulsatiles ou d’écoulements anormaux, il vaut mieux prendre l’avis de votre accoucheur ou de la sage femme.

Problèmes après césarienne : Les signes qui doivent vous alerter après une césarienne comme pour toute intervention chirurgicale sont les suivants :

  • Fièvre
  • Hémorragie ou saignement abondant par voie vaginale 
  • Rougeurs au niveau de la cicatrice
  • écoulement de pus par la cicatrice
  • gonflement  de la paroi abdominale ou sous la cicatrice
  • arrêt du transit ou constipation inhabituelle
  • vomissements
  • brulures à la miction ou suspicion d’infection urinaire
  • douleurs au niveau d’un mollet (suspicion de phlébite)

Pour tous les problèmes concernant votre bébé : il vaut mieux appeler votre pédiatre