La chimiothérapie

Les indications de la chimiothérapie sont toujours décidées lors des réunions pluri-disciplinaires dites RPC (Réunion Pluridisciplinaires de Concertation). Elles dépendent de tous les éléments du diagnostic et des résultats de la prise en charge chirurgicale (taille de la tumeur, grade histo-pronostic,marqueurs histologiques Ki 67, récepteurs hormonaux, HER2 Neu, statuts des ganglions, age de la patiente, statut métastatique éventuel, état général…). Ces décisions sont toujours prises individuellement et explicitées à chaque patiente, en pesant les avantages (bénéfices escomptés en termes de survie et de récidive) et les inconvénients.

Elle consiste à l’administration d’une association de médicaments anticancéreux et peut comporter habituellement 6 à 8 cures, mises en place toutes les 3 à 4 semaines.

Pour ce faire, il est nécessaire, de mettre en place un boîtier d’injection (ou port-a-cath ou PAC) encore appelé chambre implantable afin de ne pas avoir à réaliser de perfusions dans le bras. Il s’agit d’une nouvelle intervention qui peut être réalisée soit sous anesthésie locale, soit sous anesthésie générale légère (sédation) et qui consiste à placer une petite boite d’injection sous la peau, en général situé sous la clavicule opposée à celui de la chirugie du sein.

La chimiothérapie peut être administrée de façon :
- « adjuvante » (c'est-à-dire réalisée après la chirurgie),
- ou « néo adjuvante » (c'est-à-dire réalisée avant la chirurgie).

En cas de surexpression forte (+++) du HER2 Neu, un traitement spécifique anti-HER2 (considéré comme une thérapie ciblée au même titre que les traitements antihormonaux) s’avère nécessaire, il s’agit du Trastuzumab ou Herceptin®.

Lire la suite

Les informations fournies sur www.igogyneco.com sont destinées à améliorer, non à remplacer,
la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.